CARRESSE SALIES FC : site officiel du club de foot de SALIES DE BEARN - footeo

La pubalgie

La pubalgie

La pubalgie est une douleur de la région pubienne qui survient chez le sportif, plus souvent chez le footballeur, mais qui peut survenir dans tous les sports chez l'homme et chez la femme (danse, gymnastique).

La pubalgie demeure une douleur difficile à appréhender en raison de l'anatomie complexe de la région pubienne et de l'intrication fréquente de plusieurs pathologies dans le tableau clinique.

Elle apparaît comme un déséquilibre mécanique musculaire entre d'une part, les adducteurs trop puissants et d'autre part une insuffisance des muscles larges de l'abdomen ( abdominaux transverses et obliques).

abdominaux superficielsInsertions des groupes musculaires

Lors de la course à pied il va se produire une alternance d'appui pied droit puis pied gauche entraînant une force de cisaillement sur la région pubienne; ces contraintes seront éxagérées si il existe des anomalies statiques de l'athlète (ex : jambe plus courte que l'autre) ou encore un déséquilibre dans les forces des différents muscles s'y rattachant.

La pratique d'un travail musculaire approprié peut en prévenir l'apparition.

Il existe 2 types de douleurs :

  • L'une correspond aux insertions sur le pubis, des muscles de la partie interne de cuisse : c'est la pubalgie des adducteurs.
  • L'autre correspond aux insertions des muscles abdominaux sur le bassin : c'est la pubalgie pariéto-abdominale

Avant de traiter les pubalgies, il faut éliminer les douleurs de voisinage :

  • La douleur médiane pubienne osseuse avec des images radiologiques de lésion osseuse, qui est rare
  • La douleur externe, en dehors sur le bassin, qui correspond à une tendinite d'insertion du droit antérieur
  • Les douleurs de la hanche

La pubalgie des adducteurs

Elle siège en dedans de la racine de la cuisse.Son début est brutal, le plus souvent aprés un mouvement d'écartement de la cuisse sur le muscle en contraction, alors que l'échauffement n'a pas été suffisant. La lésion étant faîte, la douleur surviendra dés la mise en tension des muscles. Son diagnostic est fait à l'examen clinique et sera confirmé à l'échographie et l'IRM. Elle peut correspondre à 3 types de lésion au niveau du muscle moyen adducteur :

  • Soit au niveau de l'insertion sur l'os : il s'agit d'une tendinite d'insertion
  • Soit au niveau du tendon : il s'agit d'une tendinite vraie
  • Soit au niveau de la jonction tendon-muscle : il s'agit d'une déchirure musculo-tendineuse

Pour ces 3 types de lésions, le traitement, dans un 1er temps, est le repos, les anti-inflammatoires, le glaçage et la physiothérapie.

Secondairement si l'évolution n'est pas favorable :

-Tendinite d'insertion : si la douleur persiste malgré le repos, le traitement médical bien conduit et les étirements, il faudra réaliser une infiltration de corticoides au de l'insertion osseuse pubienne.

-Tendinite vraie : le repos, le traitement médical, les massages transversaux profonds et les étirements permettent une bonne récupération. En dernier recours, aprés l'échec des traitements habituels, on peut proposer un geste chirurgical d'allongement sur le moyen adducteur.

-Déchirure musculo-tendineuse : la période de repos et la physiothérapie vont permettre la cicatrisation des lésions et la reprise des étirements.

Insistons sur la prévention de ces tendinites, par :

  • Les échauffements avant les entraînements et les compétitions
  • Les étirements avant et aprés l'exercice sportif
  • La progression dans les entraînements et les compétitions, surtout chez les jeunes
  • Le choix du terrain : un sol dur pouvant être responsable du début des troubles

La pubalgie parieto-abdominale

Elle correspond à 2 types de lésions :

1- Parfois la douleur est médiane sur le pubis : il s'agit d'une tendinite d'insertion des grands droits. Ce type de lésion sera traîtée comme une tendinite d'insertion avec, en dernier recours, une infiltration de corticoide dans l'insertion osseuse

2- Ailleurs la douleur siège au niveau de l'aîne, elle apparaît :

  • Soit progressivement aprés l'effort pour devenir, petit à petit, permanente et invalidante
  • Soit brutalement pendant l'effort avec sensation de déchirure et réapparaît aprés chaque période de repos

Elle est augmentée :

  • par la toux
  • par la poussée abdominale et,
  • par les séances de musculation abdominale

Elle se situe à l'endroit où pourrait survenir une hernie inguinale. La douleur irradie parfois vers la face antérieure de cuisse, le testicule et le périné. A noter que ce type de lésion est irréversible et nécessite une opération chirurgicale occasionnant une hospitalisation de courte durée,  pour retendre l'orifice inguinal profond afin de répartir les insertions pubiennes des muscles larges de l'abdomen.

La prévention

Là aussi, c'est l'échauffement et les étirements qui vont éviter cette "déchirure". Cette lésion étant faîte, l'arrêt du sport entraîne la disparition de cette douleur. Mais elle réapparaîtra à la reprise de l'effort, la lésion anatomique ne pouvant être corrigée que chirurgicalement. En effet, la pratique de rééducation abdominale ferait perdurer le phénomène en tirant sur l'orifice inguinal.

La prévention de ces douleurs inguinales, à type de pubalgie pariéto-abdominale, consiste en un entretien de la musculature abdominale : c'est à dire par la pratique d'une alternance de stretching et de musculation.

On peut dissocier 2 types de mouvements :  

  • Pour les abdominaux hauts : les mouvements doivent se faire cuisses et jambes fléchies, lombaires au sol, mains derrière la tête en décollant les épaules et les omoplates pour que les coudes rejoignent les genoux : soit les 2 coudes entre les 2 genoux, soit le coude touche le genou opposé et alternativement
  • Pour les abdominaux bas : ils ne doivent pas se faire les membres inférieurs en dessous d'un angle de 60°. Il faudrait éliminer les mouvements à type de ciseaux, de figures, qui passent à ras du sol et qui décollent ls lombaires et tirent sur les insertions pubiennes. Les mouvements doivent se faire lombaires au sol, cuisses fléchies. C'est en contractant les abdominaux que l'on ramène le bassin vers le haut et les genoux vers les épaules, soit les genoux en même temps, soit alternativement.

Il faut surtout retenir que le traitement préventif est primordial quotidiennement et dés l'apparition des 1ers signes. Seule la prévention peut faire diminuer l'incidence de cette pathologie.